e-Magazine
Par Patrick Duval, directeur du Rocher de Palmer
Pour démarrer l'année 2012 en (bonne) musique...
Dim 15 Jan 2012
Les 10 disques incontournables de l'année passée, pas d'ordre de préférence. Ils ont tourné en boucle sur ma platine, et m'ont aidé à supporter parfois l'insupportable.

1) Dark Dark Dark, « Wild Go » : le groupe américain inclassable, issu de ce courant folk où l'on trouve le pire et le meilleur, les plagiats et des musiques franchement originales. C'est le cas ici, à juger sur pièce lors du concert prévu au Rocher de Palmer (1er avril, 20H30).

2) Kate Bush, « 50 Words For Snow » : un disque entièrement dédié à la neige. Des chants lancinants parfois (avec une manière de chanter qui fait penser à Mari Boine Persen, chanteuse norvégienne), un duo avec Elton John à couper le souffle, de longues pièces musicales pour un concept clairement à contre courant de ce que nous entendons sur les radios… Du coup, en écho, il est intéressant d'écouter Theo Bleckmann, chanteur issu du groupe de Meredith Monk, dans son dernier enregistrement pour le label Winter & Winter, « Hello Earth ! the Music of Kate Bush ». Un voyage musical et vocal dans l'univers de la chanteuse anglaise, une autre manière d'écouter et de découvrir ou redécouvrir Kate Bush.

3) Thurston Moore, « Demolished Thoughts » : Echappé de Sonic Youth, le guitariste du groupe nous livre son univers, calme, avec un sens aigu des mélodies pour des ballades en partie dédiées à sa mère (très belle photo, prise par son père en 1949 à Times Square).

4) The Roots, « Undun » : une fois encore, les Roots frappent fort, là où on ne les attend pas… Album composé en grande partie avec le soutien musical de Sufjan Stevens, « Undun » mixe toutes les musiques, (on y entend de la musique classique mais aussi du free !), et confirme que les Roots ont largement dépassé le champ du rap pour brasser toutes les musiques, en avance sur leur temps. On le pense à chaque nouvel album (environ un par an), on se demande comment les Roots vont aller plus loin en 2012, mais on leur fait confiance : ils sont les plus forts !

5) Jonathan Wilson, « Gentle Spirit » : fou de folk, influencé également par Pink Floyd, une succession de thèmes plus beaux les uns que les autres. Des arrangements à couper le souffle. Un des grands disques de 2011.

6) Jill Scott, « The Light of the Sun » : Un album « gorgé de soul », dans l'esprit de Marvin Gaye et de « What's Goin On ». La soul des années 70 avec le son d'aujourd'hui, Jill Scott (qui avait collaboré avec the Roots il y a peu de temps) prend vraiment le pas sur Mary J Blige, et s'affirme comme une des très grandes chanteuses actuelles.

7) Amy Winehouse, « Lioness : Hidden Treasures » : album posthume composé de morceaux enregistrés à différents moments de sa courte vie. On retiendra le duo avec le crooner Tony Benett pour une version mémorable de « Body and Soul ». Amy Winehouse y a des intonations de voix qui rappellent Billie Holliday.

8) Other Lives, « Tamer Animals » : toujours ce courant « neo folk » mais là encore, à l'image de Dark Dark Dark, des compositions originales, un disque envoûtant dont on a du mal à se passer.

9) Diego el Cigala : « Cigala & Tango » : enregistré « live » à Buenos Aires, avec un groupe mixte composé de ses musiciens de flamenco et de musiciens de tango, l'immense chanteur Diego el Cigala fait le lien avec émotion et subtilité entre les deux musiques.

10) Bill Frisell, « All we are saying… » :b> le guitariste Bill Frisell livre ici un hommage étonnant à la musique de John Lennon. Un travail méticuleux, respectueux, interprété par 5 musiciens passionnés par l'œuvre de Lennon. Comme l'explique Bill Frisell, « la musique de John Lennon était avec moi, avec le groupe, partout, le monde… semble l'aimer pour toujours. Les chansons sont une partie de nous. Dans notre sang. »

Pour être tout à fait complet, ne pas oublier le disque de Noël Gallagher (Oasis), « Noël Gallagher's High Flying Birds », ainsi que le dernier enregistrement, quelques mois avant sa mort, du batteur Paul Motian, « The Windmills of your Mind » pour le label WinterandWinter. On y retrouve à ses côtés, entre autre, le guitariste Bill Frisell.

L'occasion de réécouter les nombreux enregistrements de Paul Motian (pour Winter & Winter, mais également pour ECM, se replonger aussi dans les albums de Bill Evans pour mesurer toute la subtilité de ce batteur d'exception) musicien essentiel de ce jazz que l'on aime « actuel », batteur délicat, dont le dernier concert dans notre région s'était déroulé dans les caves du Domaine de Chevalier à Léognan.


Tous les rendez-vous