e-Magazine
Par Patrick Duval, directeur du Rocher de Palmer
Les va-et-vient du cœur, ça va ça vient
Lun 14 Juil 2014
Catherine Ringer (qui présentait son nouveau projet « Plaza Francia » avec des anciens de Gotan Project) avait annoncé la couleur : « les va-et-vient du cœur, les hauts, les bas, ça va, ça vient ».
Dire que cette soirée était attendue est un doux pléonasme : soirée qui affichait complet avec 12000 personnes dans l'enceinte de la place St Jean d'Acre à la Rochelle, pour les 30 ans des Francofolies.
Plaza Francia est une belle réussite, un retour prometteur pour Catherine Ringer. Une reprise version tango de « Marcia Baila » faisait chavirer le public, avant le concert tant attendu de Detroit.
Ouverture calme, avec un public à l'écoute : Bertrand Cantat et Pascal Humbert sont en duo pour « Ange de désolation ». Suit une grande partie du répertoire de Détroit.
Le public est attentif, la présence de Bertrand Cantat capte toutes les attentions. Le concert bascule avec « le Vent l'emportera », moment de communion impressionnant. Le groupe est d'une totale cohésion, au service d'un projet musical collectif, même si bien sûr, Bertrand Cantat et Pascal Humbert sont les instigateurs de ce projet. Suivra une version magistrale, éclairages rouges incandescents, de « Sa Majesté ».
Et puis « Tostaky », avec Shaka Ponk en guest, « soyons désinvoltes n'ayons l'air de rien »…
L'énergie déployée par Detroit est impressionnante, il y a la force et la puissance des textes de Detroit, la fascination aussi pour le performer Betrand Cantat, qui se donne sans limites à chaque concert. On ne triche pas, ce temps de musique passé avec le/son public, ces retrouvailles, font de Detroit un des meilleurs groupes français, sans doute le meilleur.
Après ça, difficile de rester, pas la force d'écouter autre chose.. Envie de partir, de garder intactes les émotions.
Catherine Ringer nous avait prévenus : les va-et-vient du cœur, ça va ça vient.


Photos : Détroit par Yann Orhan