e-Magazine
Par Patrick Duval, directeur du Rocher de Palmer
Patti Smith était au Rocher vendredi dernier...
Dim 20 Nov 2011
Ce concert tant attendu (complet depuis mi-septembre) par le public, nous l'attendions nous aussi avec impatience. Depuis plusieurs années, j'ai essayé –en vain- de programmer Patti Smith à Bordeaux. Pas le bon moment sans doute, même si pour moi sa non venue était un mystère… Elle jouait à San Sebastian, mais personne semble-t-il ne pensait à l'inviter ici…

L'ouverture du Rocher a certainement été un moment décisif : en quelques mails, rendez-vous fut pris.

La proposition de « lecture » a bien sûr retenue notre attention. Le projet a évolué entre temps, et cette lecture qui devait avoir lieu à 18h, dans le Salon de Musique pour un public restreint de 200 personnes, s'est transformée en échange direct avec celles et ceux qui étaient là.
Au milieu des questions, il y eut cette belle intervention, très courte, d'une jeune fille (20 ans ? 22 ans ?) : « je n'ai pas de question à vous poser, juste vous remercier pour vos chansons, qui ont été déterminantes dans ma vie ».
Nous eûmes droit à une émouvante version de « Helpless », le morceau de Neil Young enregistré en 1970 par Crosby, Stills, Nash & Young sur l'album « Déjà Vu ».
35 minutes de proximité avec cette légende de la musique, à quelques mètres de nous…
Le concert confirmait cette intensité ressentie : 1H45 qui resteront pour beaucoup « historiques », avec une magistrale version de « Gloria », bourrée d'énergie.

La salle se rallume, on entend les premières notes de « My Favorite Things » jouées par John Coltrane ; et on se rappelle de son dernier livre, « Just Kids », et de cette fameuse journée de juillet 67 où Patti Smith est envahie de tristesse à l'annonce de la mort de Coltrane.
Tout est bien cohérent dans la démarche artistique de cette artiste exceptionnelle, la nécessité de ne pas oublier le passé, pour mieux nous faire partager le présent.

Sans nostalgie, mais au contraire avec la vivacité de tout cet héritage.


Photo : Patti Smith par Christophe Goussard


Tous les rendez-vous